Infos sécurité

Ne négligez rien !

Le casque, les lunettes et les gants sont indispensables. Un moucheron dans l’œil peut provoquer une chute et sans casque ni gant celle-ci peut être lourde de conséquences… En descente, modérez votre vitesse et ne coupez jamais les virages. En vélo il n’y a pas de carrosserie, la meilleure protection hormis le casque est d’être visible : les couleurs vives, les bandes réfléchissantes aux chevilles et dans le dos, des réflecteurs sur le vélo. Même en plein jour, des alternances entre ombre et lumière font que les vélos ne sont pas toujours visibles des automobilistes. Pensez toujours à être vu. Signalez vos changements de direction.

Pour circuler en toute sécurité

Respectez le code de la route. Anticipez vos maladresses et celles des autres ! Évitez de rouler à plusieurs de front. N’oubliez pas de vérifier le bon état de votre vélo : pression des pneus, freinage…
Consultez la météo avant de partir. Météo : 08 36 68 02 38 ou bulletins à disposition dans les offices de tourisme.

Tunnels

En Oisans vous serez parfois amené à traverser des tunnels souvent étroit et mal éclairés. Pensez à vous munir d’un gilet réfléchissant et d’un éclairage adapté (devant + derrière).

Pédaler en altitude

Alpe-d’Huez, 1 860 m, Col de Sarenne, 2 000 m, Galibier 2 600 m… À plus de 1 500 m, on ressent déjà les effets négatifs de la diminution de la pression atmosphérique : essoufflement et, au-delà on peut être sujet au MAM (Mal Aigu des Montagnes) avec des maux de tête, des étourdissements, fatigues anormales.

Plus on monte en effet, plus la pression baisse, l’apport d’oxygène est réduit d’où la diminution de la qualité des échanges d’oxygène et du sang. Heureusement, au bout de quelques jours d’altitude, le corps améliore ses aptitudes aérobies et augmente sa faculté à transporter de l’oxygène. Sachez qu’à l’Alpe-d’Huez à 1 860 m votre VO2 max est de 3 à 8 % moins élevé qu’au niveau de la mer. Au sommet de l’Everest cette diminution peut même atteindre 90% !

En cas d’accident

Trois impératifs : protéger, alerter, secourir

  1. Avant de téléphoner, baliser les lieux de l’accident puis prendre des repères pour indiquer avec précision le lieu aux secouristes.
  2. Appeler les secours
  3. En les attendant, ne pas bouger le blessé et ne pas lui donner à boire. Le couvrir et le rassurer.
  • Secours médicaux : 15
  • Pompiers : 18
  • Secours général depuis un portable : 112